Accueil

 

ARTICLES


Ars Electronica, bits et atomes

BIAN de Montréal : Automata

Japon, art et innovation

Electronic Superhighway

Biennale de Lyon 2015

Ars Electronica 2015

Art Basel 2015

La biennale WRO

La 56e biennale de Venise

TodaysArt, La Haye, 2014

Ars Electronica 2014

Du numérique dans l’art à Bâle

BIAN de Montréal : Physical/ité

Berlin, festivals et galeries

Unpainted Munich

Biennale de Lyon, et en suite

Ars Electronica, Total Recall

La 55e biennale de Venise

Le festival Elektra de Montréal

Pratiques numériques d’art contemporain

Berlin, arts technologies et événements

Sound Art @ ZKM, MAC & 104

Ars Electronica 2012

Panorama, le quatorzième

Biennale Internationale d'Art Numérique

ZKM, Transmediale, Ikeda et Bartholl

La Gaîté Lyrique, un an déjà

TodaysArt, Almost Cinema et STRP

Le festival Ars Electronica de Linz

54e Biennale de Venise

Elektra, Montréal, 2011

Pixelache, Helsinki, 2011

Transmediale, Berlin, 2011

Le festival STRP d'Eindhoven

Ars Electronica répare le monde

Festivals d’Île-de-France

Tendances d’un art d’aujourd’hui

Pratiques artistiques émergentes

L’ange de l’histoire

La biennale de Lyon

Ars Electronica 2009

La Biennale de Venise

Némo & Co

De Karlsruhe à Berlin

Les arts médiatiques à Londres

Youniverse, la biennale de Séville

Ars Electronica 2008

Réseaux sociaux et pratiques soniques

Peau, médias et interfaces

Des étincelles, des pixels et des festivals

Les arts numériques en Belgique

Territoires de l’image - Le Fresnoy

Ars Electronica 2007

Les arts numériques à Montréal

C3, ZKM & V2

Les arts médiatiques en Allemagne

Le festival Arborescence 2006

Sept ans d'Art Outsiders

Le festival Ars Electronica 2006

Le festival Sonar 2006

La performance audiovisuelle

Le festival Transmediale 2006

Captations et traitements temps réel

Japon, au pays des médias émergents

Les arts numériques à New York


 

INTERVIEWS


Grégory Chatonsky

Antoine Schmitt

Eduardo Kac

Maurice Benayoun

Stéphane Maguet


 

Liens

 

Bibliographie

NUMERISCAUSA, OU COMMENT PRODUIRE ET EXPOSER DES ŒUVRES NUMERIQUES

La production comme la monstration de pièces intégrant les technologies numériques, bien souvent, nécessitent des savoir-faire spécifiques. Rares sont les structures, à l’instar de Numeriscausa, qui proposent ces multiples compétences. Stéphane Maguet, directeur de cette toute récente société, nous fait part de son expérience. Son rôle consiste tant à répondre aux attentes technologiques des artistes, en leur permettant de collaborer avec des développeurs, qu’à les assister dans la monstration et dans la diffusion de leurs recherches.

Les approches collaboratives, inhérentes aux laboratoires de recherche comme aux collectifs, ne représentent-elles pas les modèles opératoires les plus adaptés à la création numérique ?
De la même manière qu’il est plus difficile d’exposer une installation musicale interactive qu’un tableau, ce type d’installation réclame, pour sa conception comme pour sa réalisation, un éventail de compétences rarement réunies par une seule personne. Comme le statut de l’œuvre, la posture de l’artiste a quelque peu changé : il n’est plus seul, spécialement lorsqu’il pratique la création numérique. Les modèles opératoires les plus efficaces induisent généralement le montage d’équipes constituées d’un musicien, d’un programmeur, d’un électronicien… Une équipe de cinq personnes parvient, en seulement quelques mois, à finaliser des projets qu’une structure plus importante serait incapable de réaliser en deux ans, et ce, uniquement pour des questions de cohésion, de réactivité, d’adaptation ou de complémentarité. C’est donc tant l’équipe que la méthode qui permet à certains collectifs d’être autonomes.

 

img “Viral Counter Attack”, de Joseph Nechvatal, est une installation interactive où le public a la possibilité de contrôler des populations de virus développés par Stéphane Sikora. Ceux-ci dévorent, pixel par pixel, les images numériques composées par Joseph Nechvatal. Lorsqu’il décide d’arrêter le processus, l’artiste obtient alors de nouvelles images générées collectivement.

 

Peut-on dresser une typologie des multiples rapports qu’entretiennent artistes et ingénieurs ou développeurs, lorsqu’ils participent à la réalisation de projets artistiques ?
Je ne sais pas si l’on peut parler de typologie, mais on peut toutefois remarquer deux grandes figures avec, bien entendu, toutes les nuances intermédiaires. Dans l’une, l’artiste conçoit un projet dont la réalisation est confiée à une équipe. C’est la métaphore du réalisateur, historiquement plus ancienne, où l’artiste signe l’œuvre a l’instar du réalisateur. D’un autre côté, nous observons une hybridation, lorsqu’un artiste programmeur s’associe à d’autres artistes autour d’un projet commun, de la conception jusqu’à la réalisation. Dans le premier cas, on a un modèle vertical et instrumental, dans l’autre un modèle horizontal et collaboratif. A ces deux figures, correspondent deux manières de concevoir les œuvres.

Quelles sont les étapes incontournables qui se succèdent lorsque l’on produit des œuvres numériques ?
Cela dépend évidemment de la méthode de production. Mais certaines étapes, bien souvent, sont incontournables : le choix de l’œuvre, la rédaction du cahier des charges, la constitution d’une équipe, le développement informatique et/ou technique, et enfin les derniers réglages.

 

img Les Sur-natures, de Miguel Chevalier, sont des plantes en 3D qui évoluent en temps réel. Deux développeurs de Numeriscausa ont collaboré à ce projet : Didier Bouchon et Stéphane Sikora. Ce dernier a développé, en C++, des graines que Miguel Chevalier a ensuite “plantées”. Les plantes virtuelles s’adaptent alors à des conditions climatiques tout aussi virtuelles tel l’ensoleillement ou le vent.

 

La conservation de pièces dépendant de technologies contemporaines fait souvent débat.
Effectivement, et à raison. Des institutions comme la fondation Langlois ou la fondation Guggenheim ont entamé, depuis peu, une réflexion sur la variabilité des médias. Une sorte de description du modèle. La reproduction d’un modèle dans son esprit est à double tranchant. Elle n’est, comme une restauration, jamais à l’identique. En admettant qu’il y ait une manière poétique de coder, on imagine qu’une interprétation du modèle peut être minable comme géniale. Actuellement, il y a une véritable réflexion et des actions à mener, tant du point de vue des artistes qui doivent documenter les œuvres indépendamment du support, que du point de vue des supports eux-mêmes qui doivent être conçus et assemblés dans un souci de pérennité.

 

img Le chorégraphe David Bombana a récemment confié la scénographie du spectacle vivant “Lolita” à l’artiste Bernard Michel. Ce dernier a alors sollicité les compétences du développeur Didier Bouchon de la société Numériscausa. Ensemble, ils ont généré une sorte de “tableau vivant” d’une soixantaine de minutes.

 

Quel est, ou devrait être, le rôle de l’Etat dans la production comme dans la monstration d’œuvres numériques ?
Ce n’est pas vraiment à moi de dire quel devrait être le rôle de l’Etat. Chacun son métier. Cependant Il semblerait souhaitable de regrouper les missions de médiation, de subvention et de diffusion. Ce serait plus cohérent et beaucoup plus efficace. Pour l’instant nous ne connaissons que l’aspect subvention assumé par le Dicream, dont le rôle est important, mais qui devient l’entonnoir de la création numérique en France. La situation n’est donc pas optimale dans l’avant comme dans l’après. Ces étapes sont pourtant nécessairement liées si l’on veut promouvoir la création numérique. De plus, peut-être que la composition de commissions regroupant critiques et artistes constituerait une réelle avancée. Enfin, avant le public lui-même, sensibiliser le tissu muséal français (musée, centre d’art, FRAC…) pour qui les expositions d’art numérique ne sont pas encore à l’ordre du jour.

Les festivals, depuis une quinzaine années, ne sont-ils pas les rares événements à avoir contribué à l’émergence, puis au développement, de ces nouvelles pratiques ?
Oui, des événements français tels Artifices, Interférences, Exit, Art Outsiders, Arborescence ou Villette Numérique, sans oublier le festival Ars Electronica en Autriche ont été et sont encore les inventeurs de la création numérique.

 

img L’installation interactive “Dirigeable”, d'Etienne Rey, a notamment été exposée par Numeriscausa durant la seconde édition du festival Villette Emergences. Le public pouvait naviguer, à l’aide d’un dispositif évoquant une planche de surf, au sein d’un univers virtuel peuplé de centaines de créatures artificielles.

 

La “reconnaissance” de telles pratiques, aujourd’hui, passe-t-elle nécessairement par les galeries et autres collectionneurs privés ?
Les achats des galeristes et des collectionneurs privés constituent de réels signes d’intégration. Il ne s’agit pas là d’une dilution, mais plutôt d’une hybridation, ou d’une remise en question des pratiques traditionnelles. Cette reconnaissance du marché, si elle n’est pas obligatoire, participe cependant de la volonté qu’ont certains artistes de rester indépendants. La réussite d’un projet pourrait ainsi ne pas dépendre uniquement de subventions.

Le fait que les artistes contemporains intègrent de plus en plus fréquemment les nouvelles technologies dans leur travail signifie-t-il que la “spécificité” des créations numériques est vouée à disparaître ?
En termes d’art contemporain, il faut s’entendre sur ce que l’on appelle “nouvelles technologies”. Certains artistes placent un écran plasma dans une exposition pour montrer un film. D’autres, en revanche, intègrent les réelles potentialités de la machine dans les processus créatifs. Dans ce cas, celle-ci participe à la “spécificité” de l’œuvre. Or, actuellement le numérique n’est pas véritablement intégré par l’art contemporain, que ce soit au niveau des institutions des collections publiques, de la critique et plus généralement du marché de l’art. Et même si l’intégration par l’art contemporain de cette spécificité numérique est souhaitable, ce n’est sans doute pas pour demain.

 

Interview réalisée par Dominique Moulon pour Images Magazine, mars 2005