Accueil

 

ARTICLES


Du médium numérique au Fresnoy

Art Basel 2017

57e Biennale de Venise

Art Brussels 2017

Ars Electronica, bits et atomes

BIAN de Montréal : Automata

Japon, art et innovation

Electronic Superhighway

Biennale de Lyon 2015

Ars Electronica 2015

Art Basel 2015

La biennale WRO

La 56e biennale de Venise

TodaysArt, La Haye, 2014

Ars Electronica 2014

Du numérique dans l’art à Bâle

BIAN de Montréal : Physical/ité

Berlin, festivals et galeries

Unpainted Munich

Biennale de Lyon, et en suite

Ars Electronica, Total Recall

La 55e biennale de Venise

Le festival Elektra de Montréal

Pratiques numériques d’art contemporain

Berlin, arts technologies et événements

Sound Art @ ZKM, MAC & 104

Ars Electronica 2012

Panorama, le quatorzième

Biennale Internationale d'Art Numérique

ZKM, Transmediale, Ikeda et Bartholl

La Gaîté Lyrique, un an déjà

TodaysArt, Almost Cinema et STRP

Le festival Ars Electronica de Linz

54e Biennale de Venise

Elektra, Montréal, 2011

Pixelache, Helsinki, 2011

Transmediale, Berlin, 2011

Le festival STRP d'Eindhoven

Ars Electronica répare le monde

Festivals d’Île-de-France

Tendances d’un art d’aujourd’hui

Pratiques artistiques émergentes

L’ange de l’histoire

La biennale de Lyon

Ars Electronica 2009

La Biennale de Venise

Némo & Co

De Karlsruhe à Berlin

Les arts médiatiques à Londres

Youniverse, la biennale de Séville

Ars Electronica 2008

Réseaux sociaux et pratiques soniques

Peau, médias et interfaces

Des étincelles, des pixels et des festivals

Les arts numériques en Belgique

Territoires de l’image - Le Fresnoy

Ars Electronica 2007

Les arts numériques à Montréal

C3, ZKM & V2

Les arts médiatiques en Allemagne

Le festival Arborescence 2006

Sept ans d'Art Outsiders

Le festival Ars Electronica 2006

Le festival Sonar 2006

La performance audiovisuelle

Le festival Transmediale 2006

Captations et traitements temps réel

Japon, au pays des médias émergents

Les arts numériques à New York


 

INTERVIEWS


Grégory Chatonsky

Antoine Schmitt

Eduardo Kac

Maurice Benayoun

Stéphane Maguet


 

Liens

 

Bibliographie

ARS ELECTRONICA REPARE LE MONDE

La dernière édition du festival Ars Electronica dédiée aux arts, technologies et problématiques sociétales s'est principalement déroulée au sein d'une ancienne fabrique de tabac de Linz dont la démesure a impressionné tous les participants. Théoriciens, chercheurs et artistes du monde entier s'y sont réunis durant quelques jours pour participer à une réflexion, initiée une fois encore par Gerfried Stocker et Christine Schöpf,  visant à "réparer" ce qui peut encore l'être, à commencer par l'environnement.

imgQuand la ville sommeille

Tvestroy sp Antoine Schmitt,
"City Sleep Light",
2010.


imgArs Electronica, c'est une multitude de conférences, performances et expositions, mais c'est aussi la participation d'autres événements tel le Media Facades Festival. C'est à l'invitation de ce dernier que l'artiste français Antoine Schmitt contrôle pendant quelques nuits l'intégralité des diodes électroluminescentes de l'Ars Electronica Center selon des données économiques et météorologiques captées en ligne dans la journée. Ainsi, lorsque la ville est assoupie, le bâtiment ne cesse de pulser selon des rythmes qui traduisent l'activité d'une journée terminée. Mais il est aussi, au même instant, d'autres bâtiments européens qui se sont transformés en veilleuses, semblables à celles qui trahissent la somnolence temporaire de nos ordinateurs portables, dans l'attente d'une réactivation. Avec "City Sleep Light", l'artiste crée une corrélation par la lumière entre l'un des monuments architecturaux de la ville et l'activité ou l'état émotionnel de ses habitants, en même temps qu'il établit une relation entre les citées ainsi connectées par de lointaines respirations.

imgL'art cinétique à l'ère du numérique

Natures sp

LAb[au],
"Framework f5X5X5", 2009.
Source Natalia Kolesova.


imgBon nombre des œuvres, parmi les plus pertinentes durant Ars Electronica, sont regroupées au sein de l'exposition CyberArts qui présente notamment l'installation "Framework f5X5X5" des membres du collectif LAb[au]. Ceux-ci la décrivent avec précision en nous disant : « Framework est une sculpture lumineuse et cinétique constituée de 5 modules. Chacun de ces modules est divisé en 5 éléments carrés horizontaux et 5 éléments carrés verticaux, constituant une matrice de 5X5X5 ». Dans une relative obscurité, les pixels lumineux qui composent cette matrice dessinent et redessinent des formes. Inlassablement, elle prend des poses qu'elle ne tient que quelques secondes. Elle est autonome et réagit à l'approche des spectateurs lorsqu'elle est en mode interactif. Parfois, l'un de ces cadres semble pourtant "hésiter" entre deux positions. Il est alors animé d'un léger tremblement qui insuffle littéralement vie à l'intégralité de son ossature. Car la perfection est ennuyeuse et c'est précisément ce type d'imperfection à peine perceptible qui, bien souvent, participe grandement de la beauté d'une œuvre dans son ensemble.

imgUne gestualité réinventée

Natures sp

Zachary Lieberman,
James Powderly,
Tony Quan, Evan Roth,
Chris Sugrue et Theo Watson,
"The EyeWriter", 2007-2010.


imgLe prix de l'art interactif, cette année, récompense le projet collaboratif "The EyeWriter" qui a permis au graffitiste californien Tony Quan de s'exprimer de nouveau depuis son lit d'hôpital. Ce dernier, connu sous le nom de Tempt One, a marqué le monde du graffiti dans les années 80 et 90 avant d'être totalement paralysé par une sclérose latérale amyotrophique. Pour communiquer, il ne lui reste plus que les possibles mouvements de ses yeux. Réunis autour de Zachary Lieberman, des artistes et programmeurs ont développé un système open source de tracking oculaire. Ce dispositif, ne coûtant que quelques dizaines de dollars à fabriquer - alors que les offres commerciales actuelles sont à des prix exorbitants - a permis à Tony de redécouvrir le plaisir que lui procurait sa pratique artistique. Celui-ci dira plus tard alors que les membres du Graffiti Research Lab projetaient ses graffs en temps réel dans l'espace urbain de Los Angeles : « C'est la première fois que je dessinais quelque chose depuis 2003 ! C'est un peu comme reprendre une bouffée d'air après avoir été maintenu la tête sous l'eau pendant cinq minutes ».

imgObjet communicant non identifié

img sp Félix Luque Sánchez,
"Chapter I : The Discovery",
2009.


imgL'installation "Chapter I : The Discovery" de Félix Luque Sánchez s'articule autour d'un solide platonicien nommé Dodécaèdre. Ce polyèdre régulier fascinait déjà le mathématicien renaissant Luca Pacioli lorsqu'il travaillait sur la Divina Proportione. Les spectateurs du second étage de l'exposition CyberArts, quant à eux, découvrent tout d'abord quelques mises en scène vidéo du mystérieux objet. En intérieur, en extérieur, dans la nature, en milieu industriel. Sont-ils multiples ? Se déplacent-il ? Ses arrêtes s'illuminent par intermittence en même temps que les sons se succèdent et forment une musique répétitive. Fiction ou réalité ? La pièce d'à côté répond partiellement à cette question puisque c'est l'objet réel qui y est présenté. Il est semblable à ceux des séquences vidéo, mais il réagit aux spectateurs qui s'en approchent d'un peu trop près. Ce que l'on pouvait interpréter tel un langage, par la lumière comme par le son, devient alors chaotique. Mais il ne se passe rien d'autre. L'objet, dès la disparition des intrus ou menaces, continuera à émettre dans l'obscurité !

imgUne esthétique de la répétition

img sp Zimoun,
"216 prepared dc-motors /
filler wire 1.0mm",
2009-2010.



imgLe titre de l'installation sonore "216 prepared dc-motors / filler wire 1.0mm" de Zimoun est d'une extrême précision. La présence du terme prepared suffî à trahir la proximité de son auteur avec les pièces sonores de John Cage qui considérait l'aléatoire comme une composante essentielle de son travail. De loin, l'œuvre de l'artiste suisse a l'allure d'un voile translucide animé d'infimes frémissements sur toute sa surface. S'en approcher, c'est percevoir le son, évoquant la pluie ou la grêle, qu'elle génère. Tout prêt, on vérifie que la répétition des objets comme des sons, bien souvent, les sublime. Et puis il y a cette ligne qui, jour après jour, se dessine sur le mur. Une ligne révélée par le chevauchement des 216 traits que tracent les 216 tiges métalliques d'un millimètre de diamètre à chacune de leur rotation. Inexistante au démarrage de l'œuvre et variable selon les courbures des éléments qui la dessinent, elle subsistera à l'arrêt des 216 moteurs, lorsque le bruit musical d'une pluie mécanique aura cessé. Ultime trace visuelle d'un flux sonore interrompu.

imgLe noir le plus noir du monde

img sp Frederik De Wilde,
"Hostage", 2010.


imgBien des œuvres, à Ars Electronica, ne sont que documentées par la vidéo pour des raisons techniques ou parce qu'elles sont inachevées. C'est le cas de celle intitulée "Hostage" conçue par Frederik De Wilde. Il ne s'agit pour l'instant que d'un prototype carré de petite taille, mais dont le matériau est tout à fait particulier car il a été créé à l'échelle nanométrique en collaboration avec des chercheurs de la Rice University d'Houston. Sa particularité réside dans le fait qu'il absorbe presque la totalité des rayons de la lumière. Celle-ci est donc retenue en otage par l'œuvre constituée d'un assemblage de nanotubes de carbone dont l'indice de réflexion est exceptionnellement faible. Aussi, une sculpture recouverte d'un tel matériau ne révèlerait que sa silhouette quel que soit l'éclairage. Mais l'œuvre de l'artiste belge, pour l'instant, se résume au titre qu'il donne à un carré noir. Aussi on pense inévitablement à Kasimir Malevitch, mais plus encore à Yves Klein qui, en d'autres temps, avait bénéficié des recherches d'un chimiste pour s'approprier un bleu des plus mystérieux.

imgInstants photographiques

Natures sp

Jon Rafman,
"Nine Eyes of Google Street View",
2009.


imgBien des Etats ont initié des missions photographiques destinées à documenter leurs territoires et populations par l'image avant que Google, en 2007, ne commence à sillonner le monde avec d'innombrables véhicules. La base de données destinée à alimenter Street View offre ainsi une typologie allant du paysage à l'urbain, d'une photographie sociale à des images plasticiennes. Les véhicules de Google n'ont pas de photographes embarqués, mais ils vont partout où les gouvernements les y autorisent. Et c'est là que Jon Rafman intervient en pratiquant une sélection de clichés qu'il intitule "Nine Eyes of Google Street View". Au "j'y étais" du photographe se substitue le "j'ai choisi" de l'artiste collectionneur. Quant aux images, on oublie aisément qu'elles ont été prises par les machines d'un gigantesque dispositif. Mais déjà pointe une problématique récurrente au numérique, celle du nécessaire archivage de cette multitude d'instants photographiques avant qu'ils ne soient remplacé par les robots qui les génèrent et les classifient automatiquement.

imgDe l'intégration des marchands

Natures sp

Pomodoro Bolzano,
"Tomato", 2003.


imgC'est parce que l'avenir des pratiques émergentes dépend aussi de leur pénétration du marché qu'Ars Electronica a décidé cette année d'offrir la possibilité aux galeries Black Box de Copenhague et Brunnhofer de Linz de présenter quelques objets et installations aux éventuels collectionneurs. On y remarque notamment des tomates cerise emprisonnées par les membres du collectif Pomodoro Bolzano dans de petits cubes de silicone. Avec le temps, la surface de leurs peaux se dore progressivement. En fin de vie, elles semblent avoir été recouvertes de feuilles d'or, comme préparées pour l'éternité ! Et puis il y a cette ampoule des plus banale hormis sa surface que l'artiste Benjamin Zuber a recouvert de peinture noire. Mais attention car elle est brulante puisque alimentée électriquement. Et le compteur qui fait partie intégrante de cette installation intitulée "Verbraucher" permet au public de mesurer l'énergie ainsi gaspillée. Il est temps, en effet, de "réparer" notre environnement.

Article rédigé par Dominique Moulon pour Images Magazine, novembre 2010.